Logo ONPP

Histoire

De l'antiquité au XXème siècle...

L'origine de la profession remonte à la plus lointaine antiquité et de nombreuses traces en soulignent l'importance dès les origines des sociétés Assyriennes, Babyloniennes, Egyptiennes, Grecques et Romaines. Ainsi, le papyrus Ebers (1600 avant Jésus Christ) traite des remèdes pour les pieds et consacre un chapitre aux orteils. Hippocrate, le père de la médecine traite longuement des maladies des pieds. Dans la Rome impériale, le pédicure joue un rôle important, traitant les cors, soignant les pieds et vendant les onguents.

Au moyen âge les médecins dédaignent le soin du pied et laissent le champ libre aux « barbiers » qui rapidement deviennent « barbiers-chirurgiens » à force de panser les plaies, d'arracher des dents, d'extirper des cors et de pratiquer des opérations. En 1292, ils sont 200 à Paris !

En 1363, Gui de CHAULIAC étudie dans la Grande Chirurgie les moyens de détruire les Hyperkératoses.

En 1371, Charles V protège la corporation des barbiers-chirurgiens. Mais en 1425, un arrêt du Parlement de Paris fixe les premières limites en interdisant aux barbiers de pratiquer les opérations. Désormais, ils ne peuvent que panser les plaies et arracher les cors.

Les premiers ouvrages traitant de la pédicurie apparaissent au XVIIIème siècle. En 1762, ROUSSELOT « chirurgien-pédicure » de Louis XV, est l'auteur de deux ouvrages traitant des cors, des verrues et autres maladies de la peau. Il est le père de la podologie moderne.

Son élève, LAFOREST, écrit en 1781 « l'Art de soigner les pieds ». Sa renommée le fait nommer « Chirurgien Pédicure du Roi et de la famille royale ». Il crée le premier cours de podologie à l'Hôtel des Invalides.

Dès 1800, Tobias KOEN devient le chirurgien-pédicure de Napoléon 1er et de Charles X.

En 1820 Mathieu DUDON, auteur de nombreux manuels et instructions pour la pratique est aussi le père de la semelle destinée à soulager les affections épidermiques.

En 1872 se crée près de la place Vendôme la première école formant des professionnels de la pédicurie et de la podologie.

En 1902 BERTHET est le premier médecin à faire de la podologie une spécialité.

Alors que les professions de santé commencent à s'organiser, en 1928, les pédicures entreprennent les premières démarches dans le but d'obtenir la règlementation de la profession.

En 1935, Pierre MANET crée le premier syndicat des pédicures nommé « Syndicat des Pédicures Spécialistes ».

En 1940, Création du 1er cycle d'enseignement supérieur de la pédicurie sous les auspices du Docteur HUET et du professeur LERICHE, à l'Hôpital Léopold Bellan.

1943 correspond à la fondation de la Société de Podologie (réactivée en 1951).

En 1944, s'ouvrent à l'hôpital du Val de Grâce et à l'hôpital Cochin les deux premières consultations de podologie avec soins.

A cette même date, la loi du 20 ou 10 mars 1944 porte création du Certificat d'Aptitude Professionnelle pour la profession de pédicure (loi abrogée à la libération) et l'arrêté du 16 mars 1944 crée le Certificat d'Aptitude Professionnelle de prothèse en podologie.

Le texte fondateur de la profession vient de la loi du 30 avril 1946 qui institue le diplôme d'état, réglemente la profession et protège le titre et l'activité.

1951 : l'Arrêté du 14 février 1951 établie le Certificat d'Aptitude Professionnelle de prothésiste en podologie et orthopédie. Ce même arrêté crée un Brevet Professionnel en podologie et orthopédie.

L'arrêté du 15 juin 1959 crée le Brevet de Technicien pédicure orthopédiste et prothésiste en podologie (1 an d'étude après le Diplôme d'Etat).

En 1971 la Fédération nationale des podologues est issue de la Fédération nationale des pédicures médicaux.

En 1974 le brevet de technicien est supprimé et l'enseignement des semelles orthopédiques et de l'examen clinique est intégré au programme du diplôme d'Etat.

En 1982 un second syndicat professionnel est créé : le Syndicat national des podologues.ART. 9 - Au titre III, et notamment aux articles L. 492, L. 493, L. 494, L. 496, L. 497, L. 499, L. 500, L. 501, L. 502 et L. 503 du code de la Santé publique, le mot : "pédicure" est remplacé par les mots "pédicure-podologue".

La Loi du 25 mai 1984, dans son article 9, abandonne le terme de "pédicure" au profit de celui de "pédicure-podologue".

Et c'est avec le décret du 19 juin 1985, décret dit "de compétence", que sera donnée la définition des actes professionnels accomplis directement par les pédicures-podologues. 

Ce texte sera complété par l'Arrêté du 17 novembre 1987 fixant la liste des topiques à usage externe pouvant être prescrits et appliqués par les pédicures-podologues.

1991 : Avec le décret du 2 octobre 1991, les études préparatoires aux épreuves du diplôme d'Etat passent à trois ans.

Dès le début des années 70, la profession avait souhaité se doter d'une Instance ordinale pour asseoir sa représentativité, se réglementer et acquerir son autonomie. Au début des années 80, les organisations professionnelles représentatives avaient même rédigé un premier code de déontologie...

Tous ces efforts se concrétisent en 1995 : la Loi du 4 février 1995 instaure l'Ordre national des pédicures-podologues dont l'organisation et le fonctionnement sont définis par le décret d'application du 16 mai 1997.Malheureusement le gouvernement mis en place à l'été 1997 refuse de prendre l'arrêté fixant les élections ordinales et bloque le processus et empêche la mise en place de l'Ordre.

L'Ordonnance n°2000-548 du 15 juin 2000 : publication du nouveau code de la santé et réactualisation de la loi du 30 avril 1946.

La Loi du 4 mars 2002, en son article 71 - Titre IX, organise certaines professions paramédicales, supprime l'Ordre des pédicures-podologues et celui des masseurs-kinésithérapeutes au profit d'un Conseil des professions paramédicales regroupant : infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes et orthoptistes.

Les organisations syndicales mènent alors un combat acharné, un lobbying intense auprès des parlementaires...pour réactiver les ordres paramédicaux précédemment annoncés.

2004 : avec la Loi du 9 août 2004, publiée au journal officiel du 11 août 2004, l'Ordre des pédicures-podologues renaît !

Il faut attendre le décret du 7 mars 2006 publié au Journal officiel du 9 mars 2006 pour connaitre la composition et les modalités des élections du Conseil de l'Ordre des pédicures-podologues et de leurs chambres disciplinaires. 

De 2006 à nos jours

18 mai 2006 : élections des premiers conseils régionaux - les CROPP

20 juin 2006 : élections du premier Conseil national - le CNOPP

12 juillet 2006 : première session du Conseil national avec l‘élection du premier bureau

9 octobre 2006 : session inaugurale de l'Ordre et mise en place officielle par M. Bertrand alors ministre de la santé

21 decembre 2006 : extension des dispositions du code de déontologie des pédicures-podologues

30 janvier 2007 : loi sur la protection du titre de "pédicure", "podologue" et "pédicure-podologue".

Octobre 2007 : Parution au journal officiel du premier code de déontologie de la profession ; Intégré et modifiant le Code de la santé publique !

16 mai 2008 : Premières élections de renouvellement des CROPP

20 juin 2008 : Premières élections de renouvellement du CNOPP

18 septembre 2008 : Convention signée entre la HAS - Haute Autorité de santé et l'Ordre des pédicures-podologues pour la mise en oeuvre de démarches d'évaluation des pratiques professionnelles. Les pédicures-podologues étant avec les masseurs-linésithérapeutes, les premiers d'une profession paramédicale à s'engager officiellement dans cette démarche.

18 novembre 2012 : Parution au Journal officiel du nouveau Code de déontologie des pédicures-podologues : le décret N°2012-1267 du 16 novembre 2012 procède à l'actualisation des dispositions réglementaires du code de la santé publique constituant le code de déontologie des pédicures-podologues

Juin 2012 : Nouvelle définition du métier parue au Bulletin officiel santé protection sociale solidarité n° 2012/06, suite aux travaux de réingènierie du diplôme d'état:
Le pédicure-podologue intervient sur les troubles cutanés, morphostatiques et dynamiques du pied et des affections unguéales du pied, en tenant compte de la statique et de la dynamique du pied et en tenant compte des interactions avec l'appareil locomoteur. Le pédicure podologue prescrit, confectionne ou adapte des dispositifs médicaux podologiques externes. Il prescrit et applique des topiques et des pansements. Le pédicure-podologue réalise des activités en matière de prévention, de formation, d'encadrement, d'éducation et de recherche.

Janvier 2016 : Une victoire pour notre instance qui a œuvré pendant près de deux ans sans relâche pour aboutir à cette évolution enfin inscrite à l'article 124 de la loi N°2016-41 du 26 janvier 2016, dite loi de modernisation de notre système de santé : Avec cette loi, les pédicures-podologues se voient notamment enfin reconnaître la compétence à effectuer un diagnostic en pédicurie-podologie. Et autre nouveauté qui vient approfondir cette compétence : les pédicures-podologues se voient également reconnaître la capacité à élaborer un diagnostic en tenant compte de la statique, de la dynamique du pied et des interactions avec l’appareil locomoteur.

 2016... 2020...2025... seront à n'en pas douter riches en évènements permettant à notre instance de faire progresser notre profession au service des patients et de tous les professionnels.