Logo ONPP

Le pied de la personne âgée

Une démographie des personnes âgées à la hausse

Selon les projections de l’Insee, si les tendances démographiques actuelles se poursuivent, en 2050, une personne sur trois aura 60 ans ou plus, ce qui représente 22,3 millions de personnes âgées de 60 ans ou plus contre 12,6 millions en 2005, soit une hausse de 80 % en 45 ans1 !

Ce vieillissement de la population s’accompagne de l’augmentation du nombre de sujets âgés dépendants, ayant des difficultés à réaliser les activités de la vie quotidienne comme : s’habiller, prendre un bain, une douche…

Le degré de dépendance de la personne âgée est évalué à l’aide de la grille "Autonomie gérontologie groupes iso-ressources" (AGGIR). Celle-ci contribue au calcul du niveau d’attribution d’une aide financière compensatrice, l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie). Selon le scénario central de projections réalisées par la Drees en 2011, il y aura 1,5 million de bénéficiaires de l’APA en 2025, et 2 millions en 2040, contre 1,2 million début 20122 .

La question du bien vieillir se pose plus que jamais et maintenir les séniors en bonne santé et autonomes le plus longtemps possible devient primordial. La prise en charge des personnes âgées dépendantes est donc une préoccupation de santé publique majeure et constitue un enjeu de taille pour les finances publiques.

1 Source : Insee, situations démographiques et projections de population 2005-2050
2 Sources : DREES, pour le rapport « perspectives démographiques et financières de la dépendance », 2011.

Une réponse utile : la prise en charge du pied de la personne âgée par le pédicure-podologue

Les pieds aussi vieillissent ! En effet, l’âge de la personne mais également le surpoids, la mauvaise posture, la sédentarité, un chaussage non adapté participent à la détérioration du pied induisant des troubles de l'équilibre et de la marche à l’origine de chutes et de perte d’autonomie.

La peau du pied se modifie et se fragilise : elle s’amincie, devient plus sèche, sans oublier les ongles qui parfois s’épaississent. Tout comme le pied, l’ongle témoigne du vécu du patient quant aux microtraumatismes subis au fil du temps. En ce qui concerne le capiton plantaire, celui-ci s'atrophie et est la cause de nombreux maux.

Les pieds d’une personne âgée sont ainsi davantage susceptibles de présenter des troubles de la sensibilité à cause d’une mauvaise circulation du sang, d’une activité physique réduite, ou encore du froid. Ces troubles entraînent parfois des douleurs aigües, des pertes d’équilibre, des chutes.

On constate également une diminution de la force musculaire qui nuit à la mobilité.

Malposition des arrières pieds, déformation des orteils, affaissement de l’avant-pied, orteils en « griffes », frictions, douleurs d’appui et affections des pieds … Autant de problèmes qui peuvent altérer petit à petit l’équilibre et la marche du patient âgé.

Toutes ces raisons justifient l’intervention du pédicure–podologue auprès de la personne âgée qui s’inscrit utilement dans une prise en charge pluridisciplinaire. Par ses actes et missions de santé publique : examen clinique et bilan podologique, prévention et traitements pédicurales et podologiques des affections des pieds, chaussage, appareillage par orthèses plantaires, ce professionnel de santé favorise et aide au bon maintien de la marche et de l’équilibre du sujet âgé.

Modalités de la prise en charge du pied de la personne âgée par le pédicure-podologue

L’accès du patient aux soins de pédicurie-podologie peut se faire avec ou sans prescription médicale. Avant toute prise en charge et d’envisager un traitement, le praticien expert des affections podologiques, effectue un examen clinique de pédicurie-podologie en vue d’identifier les facteurs de risque de complications secondaires, de diagnostiquer l’affection podologique et d’en définir les causes dans le domaine de compétences propres à son exercice.

Le pédicure-podologue prend en considération l’environnement social de la personne et de ses capacités visuelles, cognitives et fonctionnelles afin d’adapter les moyens thérapeutiques mis en œuvre.

Face à l’évolution démographique illustrée par une population vieillissante, le pédicure-podologue a toute sa place pour optimiser la prise en charge de la personne âgée, prolonger son autonomie et favoriser son maintien à domicile. Son rôle est primordial et répond à une priorité de santé publique.

Ce professionnel de santé évalue régulièrement l’impact de sa prise en charge thérapeutique sur l’équilibre et la marche du patient.

Dans son exercice auprès de la personne âgée, le pédicure-podologue fait appel à ses compétences en podo-gériatrie, ainsi qu’à celles relatives à la prévention des complications du pied diabétique et à la prise en charge pluridisciplinaire des pathologies arthrosiques ou des polyarthrites notamment. Le pédicure-podologue effectue ainsi des soins et traite certaines lésions des pieds et des ongles (durillons, cors, verrues plantaires, ongles incarnés, mycoses…).

Il peut prescrire les produits nécessaires au traitement qu’il met en œuvre, notamment les médicaments (topiques) à usage externe.

Sur prescription médicale, le pédicure-podologue conçoit et confectionne des semelles orthopédiques pour remédier à des troubles de la statique ou de la dynamique, ou à des douleurs du genou, du bassin ou de la colonne vertébrale liées à un problème au niveau du pied. Il peut préconiser d’autres orthèses ou appareillages pour compenser d’éventuelles malformations du pied (orteils en griffes, hallux valgus…) Il recourt de plus en plus aux nouvelles technologies avec par exemple, la conception assistée d’orthèses par ordinateur.

Les conseils de l’ONPP pour une bonne santé du pied de la personne âgée :

Choisir des chaussures adaptées au pied :
- avoir un chaussage non contraignant, respectant le volume du pied et le port éventuel d’une orthèse plantaire ;
- préférer plutôt des chaussures à lacets, ou à boucle pour pouvoir les ajuster en cas d’œdème des pieds et pour assurer un maintien correct du pied ;
- éviter les pantoufles ou les mules sources d’instabilité.

Surveiller quotidiennement la peau et les ongles :
- le patient ou un aidant peut ainsi détecter une affection éventuelle et ainsi faire rapidement appel au pédicure-podologue

Hydrater quotidiennement la peau des pieds avec des crèmes spécifiques.

Préserver la mobilité articulaire de ses pieds et stimuler la circulation sanguine par l’activité physique.
Quelques petites marches quotidiennes à son rythme peuvent suffire.